“Violentes” : Flamboyantes révoltes

FanXoa
, 18/01/2020 | Source : FanXoa

Pièce collective jouée par seize actrices et créée par quatre d’entre-elles [1], « Violentes » expérimente en une dizaine de tableaux toutes les facettes de la violence des femmes : légitime, illégitime, défensive, offensive, violence contre les autres (maricide, infanticide), contre soi, contre un système hétéropatriarcal écrasant dès les premiers âges de la vie ou de l’école. La force de cette performance théâtrale organisée autour de lectures, scandées, déclamées, murmurées ou chantées, vient du collectif et ce collectif permet d’exprimer la force [2]. Une force incarnée ici par la puissance de jeunes femmes prêtes à combattre, prêtes à en découdre au sens propre comme au sens figuré.

Insoumissions textuelles

Chaque tableau est une insurrection contre les violences sexuelles, contre les préjugés et les assignations faites aux femmes, contre une identité imposée et dominatrice, contre un sexisme intériorisé, contre les oppressions genrées d’où qu’elles viennent de l’extérieur comme de l’intérieur. Mais il n’y a pas que des contre : à travers plusieurs monologues-manifestes la pièce défend beaucoup de choses, une existence libre, une sororité, s’accepter tel que l’on veut être et le droit de s’approprier les pires crimes pour montrer de quoi sont capables certaines d’entre-elles.

A la fois graves, percutants, poétiques et audacieux, les textes bousculent les spectateurs/trices pour mieux faire sentir la dangerosité des situations. Pointée par le flingue d’une actrice déterminée qui rompt la linéarité du spectacle, la salle ressent un doute. Questionné sur la blanchité oppressive de notre société, un malaise traverse l’auditoire. Taloché par des propos vengeurs « on t’écorche les joues, on te crache à la face », « je t’encule », on se repositionne dans son fauteuil. Sous une lumière plongeante, une chanteuse nous communique une intimité fragile en Barbara décalée de notre temps.

Des corps en lutte qui font scène

Agrémenté de touches d’humour grinçant, grimaçant notre société, jouant des situations paradoxales sans jamais être glauque, « Violentes » est aussi une incroyable expérience physique, sportive, collective et individuelle, dans laquelle les corps s’engagent, se serrent, se desserrent, rivalisent, se confrontent, se déchainent, dansent, rampent ou se soutiennent. Corps en lutte et lutte des corps, de nouveau les actrices font collectivement corps. La gestuelle est belle, expressive et interactive, mise en valeur par une mise en scène dépouillée (ce sont les corps qui font scène) et par un éclairage subtil. Pour ne pas “perdre le fil” de ces histoires, dans un coin de la scène, le rouet d’une jeune femme interchangeable rythme le temps qui passe comme si rien ne pouvait l’arrêter [3].

La lutte est au cœur du propos comme le souligne les autrices, car il s’agit bien « de construire une force ne serait-ce que sur l’espace du plateau et dans le temps de la représentation, comme pour s’entraîner » [4]. Cet entrainement nécessaire pour se défendre et se protéger de la violence des hommes et de l’État est le signe d’un courage à toute épreuve. Si dans « Violentes » les femmes sont « capables et coupables » de violence, si « les folles viennent en masse » pour nous foutre une raclée et décider du jour de notre pendaison, nous les hommes et notre système l’avons sans doute bien mérité. Dans tous les cas, il faut y réfléchir. D’où provient cette rage ? Quelles sont les causes de cette colère ? Ce spectacle choral, militant, volontairement en non-mixité, permet d’affirmer cette puissance collective féministe tout respectant les individualités.

Au delà de la violence

« Violentes » n’est cependant pas binaire car la violence n’apparaît pas in fine comme une solution viable, pratique ou habile, elle permet seulement de nous alerter et de prendre conscience des changements profonds nécessaires qu’il reste à faire dans les rapports entre êtres humains, au-delà même des questions de genre ou de la démarche queer. Le propos est riche et touffu, complexe et courageux. En ce sens, les « Violentes » s’effacent pour laisser place aux « Flamboyantes », bien décidées à reprendre le pouvoir qui leur a été confisqué dans une société qui engendre ces/ses violences.

Cet avertissement théâtral nous démontre aussi que nous sommes peut-être en train de changer d’époque, que de nouveaux repères se mettent en place pour une existence moins asymétrique et plus libre. « Et vlan ! », que la voix des femmes compte définitivement. A ce titre « Violentes » lance un défi à notre condition d’humains sclérosés, à savoir comment repenser nos propres existences individuelles et collectives, et que ces existences transformées sont actrices du changement de nos sociétés.

FX, 18/01/2020.

Dernière représentation au théâtre Kantor à l’ENS de Lyon, le samedi 18 janvier à 20h.

Pour en savoir plus écouter Micro-coulisses n°23 • 8 janvier 2020, l’émission de Coline Lafontaine sur la webradio Trensitor.

Pour accompagner cette problématique : Cardi, Coline & Pruvost, Geneviève (sous la dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte / Poche, coll. Sciences humaines et sociales n° 471, 2017.

Notes

[1] Une création de : Alice Beuzelin, Gnou.se Francfort, Alice Perrier, Joséphine Villeroy et Elise Zhong.

[2] Avec des textes de : Monique Wittig, Jean-René Lemoine, Txus Garcia, Queen Ka, Boston Women’s Health Collective. Écriture de : Alice Beuzelin, Gnou.se Francfort, Zoé Mary-Roulier et Elise Zhong.

[3] On pense à l’ouvrage L’étude et le rouet de la philosophe Michèle Le Doeuff.

[4] Extrait de l’argumentaire de la pièce.

Keep The Rage #305 - Vendredi 17 janvier - Playlist et Podcast

Hervé - Keep The Rage
, 17/01/2020 | Source : Keep the rage

Keep The Rage #305 - Vendredi 17 janvier - Playlist et Podcast
Playlist:

01 - JEUNESSE APATRIDE - la victoire sommeille - ( La victoire sommeille - 2005)
02 - NEURONES EN FOLIE -Manifestation -  ( 16 Grands Airs Populaires De & Par NEF - 1991)
03 - MOLODOI - La Complainte Des Ouvriers - (  Tango Massaï - 1995)
04 - BRIGADA FLORES MAGON - Folle Semence - ( s/t - 1999) 
05 - DUBAMIX -Sacco-e-Vanzetti-feat-Daman-Drowning-Dog-DDM - ( camarade - 2020)
06 - CERBERE et  MAKAWA - On est pas seul feat Mr.M & Fantomatik - ( PANORAMA - 2013)
07 - ZARTAKO - Txotas - ( Sangre por sangre - 2009)
08 - URA - Contempt For Life - ( s/t - 2014)
09 - GARMONBOZIA - No Free Ride - ( s/t - 2004)
10 - ONEYED JACK -  tribes - ( Cynique - 1996)
11 - HORS CONTROLE -  l'union fait la force - ( L'union Fait La Force - 2013)

Pour télécharger le podcast, cliquez sur l'article.

S.A.V. sur Radio Canut : Emission du 14 janvier 2020

Emission de nouveautés ! Au programme : du punk/hardcore australien (Alien Nosejob, Punter, Future Suck), des extraits des futurs nouveaux albums de Bitpart et de Faux Départ, une touche de post-punk (Fitness Womxn), quelques nouveautés indie/pop (Huevos II, The Homesick, The Shins, Big Baby), de la musique de synthés (Riki) et autres sorties punk (Erik Nervous, Neotypes, Set Top Box, Hot Mom). Le tout, à écouter et à télécharger à partir des liens ci-dessous (playlist à la suite) :



Pour télécharger l'émission, cliquez ici (clic droit puis "enregistrer la cible du lien sous" - en cas de problème, répéter la même opération depuis la page suivante)

Playlist :

ALIEN NOSEJOB : Television sets
PUNTER : Lockdown
ERIK NERVOUS : Violent dream
NEOTYPES : City to city
FAUX DEPART : Merci pour vos services
HUEVOS II : Memories
THE HOMESICK : I celebrate my fantasy
THE SHINS : When I goose step
SET TOP BOX : Alien game
RIKI : Böse Lügen
HOT MOM : Crutch
FUTURE SUCK : Europe
FITNESS WOMXN : Easy
BIG BABY : Cherry coke
BITPART : Anxiety is my new friend
ALIEN NOSEJOB : Weight of the world
HUEVOS II : My time is gone

[Fréquence Paris Plurielle] en famille

matttbrrr
, 17/01/2020 | Source : l'ayatollah du rock

Date : vendredi 17 janvier 2020   Les choses étant ce qu'elles sont dans ce beau pays, les radios associatives survivent comme elles le peuvent, et pour compenser un brin les baisses de subvention doivent trouver un peu d'argent ailleurs. Le [...]

Le tribunal autorise l'association Mains d’oeuvres à réintégrer ses locaux à Saint-Ouen

L'association Mains d’œuvres, expulsée en octobre dernier de ses locaux à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), sur demande du maire, va pouvoir réintégrer les lieux après autorisation du tribunal rendue ce 15 janvier.
Permalien

« La belle Belgique sonique » (Nurse, It it anita – Le Poulpe, 6 déc.)

Tom
, 16/01/2020 | Source : rAD_yAUTe

Ca fait déjà un mois, mais le souvenir est encore chaud comme la braise : Nurse et It it anita au Poulpe. Disons-le tout net : certainement le concert le plus mémorable que j’ai vu dans ce lieu.

Issu de différentes formations – Crappy stuff, NFO, Shivaz – Nurse pratique un rock noisy émotionnel très abouti, qui les place à part dans la scène locale.

Le groupe avait annoncé c’était leur dernier concert avant longtemps. Acculé par les contraintes diverses – comme tout ceux qui essaient de mener de front leur passion et le reste – ils tentent, si j’ai bien compris, de se dégager du temps pour créer de nouveau et, peut-être, donner une suite à leur merveilleux premier LP.

Les morceaux de Nurse sont une matière sombre mais hautement inflammable et il y a toujours un moment où elle s’embrase. C’est chouette de les réentendre sur cette scène, agrémentés d’une reprise du groupe grenoblois Virago que j’entendais pour la première fois. D’autant plus qu’à la console, Jérémie a ciselé un son d’une profondeur étonnante qui permet de les entendre dans les meilleures conditions qui soient.

Les Belges de It it anita étaient plutôt attendus, et pour cause, un premier concert au Brise-Glace avait laissé des marques et convaincu pas mal de monde. Y’a pas de hasard.

It it anita pratique aussi un rock bruyant qui, au-delà de l’influence Sonic youth évidente surtout sur les premiers disques, va piocher un peu partout sans a priori.

Mais sur scène, le mélange prend totalement corps. Rythmique baston, mélodies gorgées d’émotion et murs du son irradiants. It it anita joue sur tous les tableaux, appuie sur toutes les manettes en même temps, excelle dans toutes les disciplines. Et, là aussi, le son joue sa part et transcende la musique.

Un bon concert, c’est aussi un public qui vibre et réagit et l’action est dans la fosse autant que sur scène. Hystérie, tremblement, échange de fluide, osmose océanique entre les Belges soniques et la foule en sueur qui se presse contre la scène.

Le groupe finit par descendre la batterie au milieu du public – bien sûr qu’ils la descendent – pour une dernière transe sauvage et collective. Pas d’évanouissement, de visions ou d’état de conscience modifié mais on n’en était pas loin.

« Reignier, on va se faire tatouer tes initiales sur la poitrine ! », rigole le groupe. Sûr qu’en tous cas on t’oubliera pas de sitôt, Anita.

A suivre : une chouette interview, aussi bientôt qu’il sera possible.

PS Les photos sont encore une fois d’Olive. Je sais pas si il était inspiré ou si c’est un nouvel appareil photo, mais il faut absolument visiter son site Lowlightconditions pour aller voir toute la série qui est géniale. Merci Olive.

>>>>>>>>>> IT IT ANITA

L’article « La belle Belgique sonique » (Nurse, It it anita – Le Poulpe, 6 déc.) est apparu en premier sur rAD_yAUTe.

Anne-Cécile Mailfert : Tu seras une femme !

FanXoa
, 15/01/2020 | Source : FanXoa

Court, incisif, efficace. Un petit guide plein de bon sens et de bonnes idées à lire. Présentation de l’éditeur.

Tout est acquis en matière de droits des femmes, entend-on régulièrement.

Pourtant, la réalité dément largement ce présupposé : les femmes sont toujours moins bien payées que les hommes, moins présentes dans les postes à responsabilités, victimes de violences sexuelles. Sur nos murs et nos écrans, des corps féminins irréels et soumis incarnent un modèle auquel il faudrait se conformer.

Ce livre est une porte d’entrée, une invitation : chausser des lunettes féministes, c’est voir le monde sous un angle nouveau et mieux comprendre certains rapports de force à l’œuvre dans notre société. C’est mettre des mots sur des situations de la vie quotidienne que toutes les femmes connaissent : le slut-shaming, le harcèlement de rue, le revenge porn ou encore le cybersexisme sont autant de termes apparus ces dernières années pour les nommer.

À l’heure des réseaux sociaux, des biotechnologies et du dérèglement climatique, nous avons plus que jamais besoin du féminisme pour relever les défis du XXIe siècle. Car la solidarité entre femmes et la lutte pour l’égalité réelle peuvent poser les bases d’une société nouvelle, plus juste, plus respectueuse de l’humanité et de la nature.

Anne-Cécile Mailfert, ancienne porte-parole d’Osez le féminisme !, est la fondatrice de la Fondation des femmes.

Réf. : Anne-Cécile Mailfert, Tu seras une femme ! Guide féministe pour ma nièce et ses ami.e.s, Paris, Les Petits Matins, 2017.

Eat Your Mess LP


Aaaaaah!! Sortie de notre troisième LP (intitulé "Eat Your Mess") le 31 janvier 2020. Vous pouvez dors-et-déjà écouter deux titres sur la page Bandcamp du groupe:
https://bitpart.bandcamp.com/album/eat-your-mess

Et précommander le disque sur le site de Destructure Records:
http://www.destructure.org/store/new-in-store/bitpart-eat-your-mess-lp 



Une release party est prévue le 5 février en compagnie des Lyonnais de Faux Départ, qui présenteront eux aussi leur tout nouveau disque, et de Special Friend, à l'Espace B (Paris)!

https://www.facebook.com/events/541480139911213

Merci à Nagawika pour son flyer!

Le Temps Désarticulé Webzine, la contre culture en marche !

Jef-ltd
, 15/01/2020 | Source : Le temps désarticulé - Webzine

 

 Bienvenue sur Le Temps Désarticulé Webzine

 

 

Salut les Kids !

 

Le Temps Désarticulé Webzine est désormais hébergé par Eklablog

Notre nouvelle maquette est modulable à l'infini et les mises à jour seront plus simples, plus souples et plus rapides.


Pour les petits nouveaux, Le Temps Désarticulé est un webzine consacré essentiellement à la culture musicale underground.

Les formations rock, ska, punk, etc., les labels, les associations, les fanzines et webzines, fers de lance de cette culture, sont ici les bienvenues.

Au-delà d'interviews d'acteurs de la scène, notre webzine propose, au fil des mois, des chroniques de disques, DVD, fanzines, revues, bouquins.

 

Le Temps Désarticulé Webzine, s'intéresse également aux arts urbains, au cinéma underground, à la bande-dessinée ..., plus ou moins en rapport avec cette culture musicale underground.


Nous vous invitons à consulter nos rubriques : "La paroles aux artistes", "Des nouvelles à la pelle", "Canards, zines, bouquins", notamment, en haut dans la colonne de gauche.

N'hésitez pas à nous adresser un petit mot d'encouragement, à commenter nos modestes papiers, à nous proposer vos services et à signer notre livre d'or.

Les fanzineux échevelés, les combos déjantés, les espaces autogérés, les labels indépendants ..., peuvent nous faire parvenir leurs actualités par courriel.

 


Pour nous écrire, notre adresse électronique est la suivante : ltdwebzineATlaposte.net

 

Vous pouvez également, nous écrire et échanger avec nous sur notre page Fesses de Bouc

 

Une nouvelle rubrique, "Les occasions du LTD", est à découvrir ICI 

 

Bon surf et bien le bonjour chez vous ! Que vive le rock libre ! Jef. cool

 

Bienvenue sur Le Temps Désarticulé ou LTD Webzine

 



Partager via Gmail Yahoo!Google Bookmarks Blogmarks


Article original rédigé par Jef-ltd et publié sur Le temps désarticulé - Webzine
Reproduction interdite sans autorisation

Attentat Sonore - Turbulences

Jef-ltd
, 15/01/2020 | Source : Le temps désarticulé - Webzine

 

Attentat Sonore - Turbulences

 

Plus récent album d'Attentat Sonore (punk/rock/hardcore), Turbulences est un douze titres aux paroles majoritairement en anglais. Comme les disques précédents du groupe, il ne manque pas d'énergie et de compositions percutantes influencées, entre autres, par la riche scène punk et hardcore nord américaine. [...]

 



Partager via Gmail Yahoo!Google Bookmarks Blogmarks


Article original rédigé par Jef-ltd et publié sur Le temps désarticulé - Webzine
Reproduction interdite sans autorisation