• Sunday 07 October 2018 - 19:11

    Today Underground Departement released our new Ulrikes Dream clip on their youtube channel.

    "Stem op mij" is about the elections ("vote for me").And can be found on our "Anarchie in Leuven" LP (2017). For those distributing our album, feel free to link to the clip on your website.


    https://m.youtube.com/watch?v=m6blJjwY1kQ

  • Friday 05 October 2018 - 22:00
    Keep The Rage #266 - Vendredi 05 octobre - Playlist et Podcast
    Playlist:

    01-INTIFADA - minero del socavons 
    02-DESADAPTADOS - lamentos de suburbio 
    03-KISMET HC- dog shadow 
    04-AMSTERDAMNED - bellroom dancing 
    05-BANJAX  - japanese title
    06-CONFLICT  - slide 
    07-BIZKIDS - secret
    08-COCADICTOS - salve a tu nacion 
    09-HYPER HINDU SQUATERRS - japanese title
    10-LOOK BACK AND LAUGH - kick the chair
    11-SICK FIX - scum of the fucking earth 
    12-THE FA - wait and pass out
    13-BRAIN DEATH - whistle
    14-SACRILEGE - bloodlust 
    15-SHOTGUN - impatient 
    16-INDIREKT  - shell helpt 
    17-INITIAL REACTION - stuck in suburbia 
    18-NO THANKS  - are you ready to die  
    19-DONA FLORINDA - P.Q.P patio  
    20-NO CONTROL  - johnny 
    21-BULIMIA - uniao 
    22-LAS VULPESS  - me gusta ser una zorra 
    23-SIN 34  - runaway 
    24-KRUNCHIES - sobriety anxiety 
    25-THE NEW JUSTICE TEAM - last laugh #1  
    26-SADO NATION - on the wall 
    27-NOG WATT  - neighbourhood watch  
    28-AREA 51  - 11 years too late 
    29-JUSTICA - voce e o alvo 
    30-CHUTE DE ESPERMA - no kiero mas  
    31-PANDAMONIUM - no expectations  
    32-THE BAYONETTES  - tension  
    33-SQUITS - porno pirate  
    34-THE BEATING  - psycho chicks 
    35-HELLSISTER   - sexist bastard 
    36-THE TWO BIT TERRIBLES - nothin' doin'  
    37-BREAD AND WATER  - death sentence 
    38-ZWEETKUTTEN   - geen geloof  
    39-VADO PERMANENTE  - machistas-feministas 
    40-CONTROPOTERE  - urizen  
    41 - PedAgree Skum - Numbers
    42 - Burnt Cross - Rise 2:34
    43 - Black Lanterns - Red Carpet  
    44 - Piss On Authority - All Nazis Are Bastards  
    45 - Black Light Mutants - Domino  
    46 - Andy T. - I Still Hate Thatcher  
    47 - Destroy DC - Tear It Down  
    48 - Dischord - Seaside Suicide 
    49 - Luis Drayton - Sick On 
    50 - No Decorum - Hooligans 
    51 - OutCast - What goes around comes around 
    52 - Burning From The Inside - Falling Fast 
    53 - Eye Licker - The Other Commandment  
    54 - Sinister Chuckles - TV Generation 

    Pour télécharger le podcast, cliquez sur l'article.

  • Friday 05 October 2018 - 17:21
    Date : vendredi 5 octobre 2018   La Comedia victime d'une fermeture administrative, c'est en se posant des questions sur les concerts à venir (dès mercredi soir avec René Binamé, mais également pour toute la scène punk ou apparentée qui ne trouve [...]
  • Thursday 04 October 2018 - 08:46
  • Wednesday 03 October 2018 - 21:41
    Date : mercredi 3 octobre 2018   Comme souvent à l'Olympic, les horaires annoncés ne doivent pas être pris au pied de la lettre : en annonçant 20h, on mise sur 20h30, et cela ne commence qu'après 21h, bref on a le temps de prendre sa bière bien [...]
  • Wednesday 03 October 2018 - 15:32
    Retour aux nouveautés cette semaine ! Au programme : deux extraits des nouveaux disques respectifs des post-punkeux (façon Gang of Four and co.) de Crack Cloud, des américaines de Donkey Bugs, des londonienNEs de Sauna Youth ou des indie rockeux-euses australienNEs de Terry et The Shifters. On s’intéressait aussi aux nouvelles sorties du label de hardcore new-yorkais Toxic State records (La Misma, Terrorist), aux punks lillois de Kronstadt, au hardcore déviant de Pious Faults ou encore aux nouvelles sorties de Bodega, Public Practice, Missing Pages, Ethers et Vanilla Poppers. Le tout, à écouter et à télécharger à partir des liens ci-dessous (playlist à la suite) :



    Pour télécharger l'émission, cliquez ici (clic droit puis "enregistrer la cible du lien sous" - en cas de problème, répéter la même opération depuis la page suivante)

    Playlist :

    CRACK CLOUD : Drab measure
    DONKEY BUGS : Three times fast
    SAUNA YOUTH : Percentages
    LA MISMA : Estado alterado
    TERRORIST : Insane
    TERRY : Fortress
    THE SHIFTERS : How long ?
    BODEGA : Gyrate
    PUBLIC PRACTICE : Fate glory
    MISSING PAGES : Long way down
    ETHERS : Nature’s revenge
    VANILLA POPPERS : I like your band
    KRONSTADT : Un seul sens
    PIOUS FAULTS : Longevity
    SAUNA YOUTH : Veiled critique
    DONKEY BUGS : ABCs of lust
    THE SHIFTERS : Carlisle
    TERRY : Under reign
    CRACK CLOUD : Philosopher’s calling
  • Tuesday 02 October 2018 - 23:08

    La petite cour devant l’Ecurie est presque noire de monde lorsqu’on arrive. Drone to the bone fête ses 9 ans et, malgré quelques concerts moins suivis, sa programmation radicale et avant-gardiste est incontournable pour les amateurs de bruit et de fureur. Puis faut dire que Coilguns est précédé d’une sacré réputation sur scène, hé hé. A peine le temps de passer au bar, que Bruno annonce le début des hostilités avec Tuscoma. C’est parti !

    Loins d’être des inconnus, ce duo néo-zélandais officiait auparavant sous le nom de Hollywoodfun downstairs – passés à Genève il n’y a pas si longtemps d’ailleurs (déjà en formule à deux). Le groupe a opéré une mue progressive : originellement trio, ils pratiquaient un punk noise qui se prenait parfois des coup de speed ultra-rapides et hurlés qui faisaient leur particularité. Des surfeurs de satan en quelque sorte, mais qui ne crachaient pas sur les mélodies. Sous le nom Tuscoma, le speed prend le devant de la scène et le surf reste au placard.

    Mur du son quasi ininterrompu. Blast-beats impitoyables et voix hurlée en arrière-plan comme sous le choc d’une électrocution continue, dont l’effet est encore accentué par l’éclairage aux néons blancs éblouissants. Je sais pas si le public attentif et statique est comme moi, légèrement surpris et dubitatif devant la décharge sonore des néo-zélandais fortement déconseillée aux épileptiques. Pas inintéressant, loin de là, mais on respire un peu quand le groupe retrouve du groove avec le dernier morceau et sa rythmique presque garage.

    Les quatre lascars de Coilguns font une entrée bien classe en trinquant sur scène (whisky ?), instruments déjà en place. Ca sent le savoir-vivre et la camaraderie. Et l’envie d’en découdre aussi. Dés les premiers accords, Louis Jucker, le chanteur, se jette sur les premiers rangs, dans un espèce de saut de l’ange mi-ruée de mélée, mi-pulsion suicidaire. Le groupe place son concert sous le signe de la tension maximum, de la folie, de la confrontation avec le public et de l’envie de vivre un moment taré avec lui.

    Et c’est exactement ce qu’ils firent. Coilguns soumet le public à un feu nourri et interrompu de leurs brulôts hardcore-noise-metal qui ne se soucie pas trop des genres et de la bienséance, tant que ça défouraille. Et parfois avec tout à coup un groove électrocuté génial à tomber. Coilguns sait même faire le rock.

    L’intensité émotionnelle et l’engagement physique ont quelque chose qui rappelle certains groupes hardcore des années 90. Born against ou Heroin, au hasard. Même si c’est pas exactement la même chose évidemment. De même les danses folles et le discours personnel et inconventionnel du chanteur entre les morceaux, très loin des poses habituelles dans ce genre de musique. En sortant de ce concert éreintant, tu ne sais plus grand chose mais tu sais au moins que tu as vu de la musique vivante.

    >>>>>>>>>> TUSCOMA

    >>>>>>>>>> COILGUNS

    >>>>>>>>>> DRONE TO THE BONE

    L’article « En lambeaux dans le chaos » (Tuscoma, Coilguns – L’Ecurie, 22 sept.) est apparu en premier sur rAD_yAUTe.

KrISS feed 8.7 - Un simple et superbe (ou stupide) lecteur de flux. Par Tontof