• Monday 17 June 2019 - 11:42

    Lu sur PixBear.

    Eric Boucher, alias Jello Biafra, s’est fait un surnom sur la scène punk hardcore americaine en prenant la tête des Dead Kennedys de 1977 à 1986. Très engagé politiquement (il a participé aux élections municipales de San Francisco en 1979), il est un grand défenseur de l’environnement. Pour lui rendre hommage, Pixbear a rassemblé 36 citations qui en disent long sur sa personnalité.

    Lire l’article : PixBear

  • Friday 14 June 2019 - 22:30

    Premier titre de cet album incroyable de Suicide (Red Star, 1977). Composé par le duo électro-punk Martin Rev et Alan Vega (1938-2016).

  • Friday 14 June 2019 - 22:03

    Ne vois-tu pas cette tristesse infinie

    Derrière un sourire sans vie ?

    Ne sens-tu pas cette douleur qui fuit

    Dans l’ombre d’une âme ci-gît ?

    FX

    Illustration : Dessin/sanguine. Portrait de jeune femme daté de 1929, signé Fernand Gommaerts (1894-1975).

  • Saturday 08 June 2019 - 23:25

    Le journal de la philo sur France Culture revient sur le tournant existentiel chez Nietzsche pour qui :

    « Chaque mot est un préjugé »

    Plus qu’un simple passage, cette crise entre 78 et 82 est ainsi dans le parcours de Nietzsche un tournant. Plus qu’une période intermédiaire, la crise, toute crise même, prend ainsi dans l’œuvre de Nietzsche une force inattendue et un sens décisif. Et nous pousse à interroger cette question même de la crise, du tournant, de la révolution chez un penseur… quel statut lui donner ?

    Comment lire chez un philosophe ces textes liés et écrits à des tournants ? Quelle place donner à l’écriture en crise, qui s’écarte de ce qu’elle était au départ tout en se cherchant ? Qu’il s’agisse de philosophie en tant que telle, de poésie ou de lettres échangées, comment appréhender les traces, la matière, les fruits aussi de ce qui constitue une crise chez un auteur ?

    La crise chez un auteur : une vraie question.

    Une chronique de 5 minutes de Géraldine Mosna Savoye (23/05/2019)

    Illustration : Friedrich Nietzsche sur son lit de malade, dessin de Hans Olde (détail) © Ullstein bild-Getty

  • Wednesday 05 June 2019 - 22:11

    Le récit de vie court et puissant d’Eugénie Iaroslavskaïa-Markon, de son nom de jeune fille Eugénie Markon, 1902-1931. Comment les classes dangereuses font la révolution et sont écartées du pouvoir.

    Voici le récit d’une vie brûlante, écrit à la hâte dans sa cellule par une jeune femme de vingt-neuf ans qui se doute qu’elle va mourir : « Si je raconte tout cela avec tant de franchise, c’est parce que je m’attends de toute manière à être fusillée. » Elle le sera en effet, en juin 1931, au « camp à destination spéciale » des îles Solovki, quelques mois après son mari le poète Alexandre Iaroslavski.

    « Étudiante pleine de rêves », ainsi qu’elle se définit elle-même, Evguénia, vite dégoûtée par la dictature des bolchéviks, se convainc que le monde des voyous forme la seule classe vraiment révolutionnaire. Elle décide de vivre dans la rue et de devenir une voleuse, à la fois par conviction politique et aussi par un goût du risque qu’elle confesse. Loin de l’imagerie héroïque de la « construction du socialisme », c’est le Moscou et le Léningrad des marginaux, enfants des rues, ivrognes, prostituées, vagabonds, qu’elle nous fait découvrir dans une langue sans fioritures.

    Traduit du russe par Valéry Kislov.

    Réf. Evguénia Iaroslavskaïa-Markon, Révoltée, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Seuil, P4735, 2017.

  • Wednesday 05 June 2019 - 21:40

    Balade romantique minimaliste sur la compilation Making Waves (“A collection of 12 Womens Bands from The UK”).

  • Thursday 30 May 2019 - 11:26

    Lu sur le site Reggae.fr. Une compilation agréable à écouter pour se replonger à la fin des années soixante quand les Rudeboy black inspiraient les premiers Skinheads… rock steady, reggae, fashion, working class, respect. Un modèle pour la génération Two Tone, le revival ska des années 1979-1980 mais aussi pour les Clash, Jah Wobble et bien d’autres.

    “One record label would unite Black and White”.

    Le label Trojan lancé fin 1967, début 1968 par Lee Gopthal et Chris Blackwell fait l’objet d’un film pour fêter ses 50 ans d’existence. Pour cette occasion spéciale toute l’équipe du label prépare une année de célébration avec des rééditions spéciales, une série d’événements en direct, un livre et encore un documentaire sous le nom de RudeBoy : The Story of Trojan Records. […] Le documentaire parle avant tout de la relation entre les cultures de la jeunesse jamaïcaine et britannique et l’importance de Trojan sur l’Angleterre.

    Source : Reggae.fr

  • Wednesday 29 May 2019 - 18:15

    Au dos de cette compilation, il est écrit :

    1977 was the year that the music came out of the concert halls and onto the streets; when independent labels sprang out of the woodwork to feed new tastes; when rock music once again became about energy and fun; when the majors’ boardrooms lost control. Suddently we could do anything.

    Mention toute particulière à la French touch: The Dogs, “19” (Mélodie Massacre).

  • Monday 27 May 2019 - 13:26

    Indéfectibles Ramones ou comment quatre Américains, coupes au bol, perfectos noirs, jeans troués et baskets crades se sont imposé à la jeunesse punk de Londres ou de Paris sans une épingle à nourrice… Ce mystère réside sans doute dans le « One, two, three, four ! »

    Liste des titres :

    Blitzkrieg Bop – I Wanna Be Well – Glad to See You Go – You’re Gonna Kill That Girl – Commando – Havana Affair – Cretin Hop – Listen to My Heart – I Don’t Wanna Walk Around With You – Pinhead – Do You Wanna Dance? – Now I Wanna Be a Good Boy – Now I Wanna Sniff Some Glue – We’re A Happy Family …

    Un concert fixé sur vinyle en 1979 dans It’s Alive

    Photo : The Ramones sur Télérama © DR

KrISS feed 8.7 - Un simple et superbe (ou stupide) lecteur de flux. Par Tontof